10 mars 2018

FEU, la volaille à tire d'aile !

Rallumez le feu!


La street food francaise?

Oui mais le feu vif, le feu fort voire follet, le rouge même plutôt que le vert


Car même si cette rôtisserie déguisée en comptoir de street food sert des salades et du veggie, c'est la viande et notamment la volaille qui prend son envol.

Boeuf sauce au poivre, le feu en bouche?


Et puis la cuisson principale est la plancha. Plus simple au niveau des autorisations à Paris d'où le détournement. En assiette, en sandwich (pour profiter du pain maison bio au sarrasin) ou en salade. Dans un quartier d'anciens bouchers, d'artisans, le lieu fait le lien avec les grands restaurants qui apparaissent autour (Clover Grill, Yam'Tcha, La Régalade, La Dame de Pic, etc...)


Comptoir ouvert sur la cuisine, panneau de menu, on est en terrain street food connu. Couleur marron, odeur de confit, recettes tradi, on est dans le bistro. Du fast-bistro!

Pour ne pas faire comme tout le monde - c'est-à-dire étranger, américain, junk food - Vincent le fondateur et son chef Romain Marzet, retravaille les grands classiques: la volaille aux morilles, de la sauce au poivre dans son jus (au Cognac), des pommes grenailles, du gratin, etc... Et pas de frites! Sans pour autant viser le healthy.


La méthode:
On choisit les garnitures des pains gourmets: poulet ou bœuf et surtout la sauce, citron, piment, poivre, jus aux herbes, crème aux herbes, ou la spéciale morilles!
En option végétarienne, c'est chèvre frais basilic ou tomme de Savoie persil.

Et en accompagnement, les fameuses pommes grenailles, le gratin dauphinois, le riz sauvage, une salade aux herbes ou les légumes à la provençale.



Pour mieux taster, nous avons choisi les 2 versions, avec et sans pain.

Encore meilleur avec le pain
Citronnade maison citron gingembre 


L'assiette est plutôt simple en apparence et parait petite sans son pain quotidien. Les ingrédients sont de qualité et ça se ressent.  La chair est ferme et le gout présent.


Poulet sauce citron, tout fait maison!

Le sandwich met en lumière - grâce au feu -  le gallinacé. La volaille est désossée sur place pour être marinée et rôtie ( il y en avait assez!). Ensuite, les éléments sont peux nombreux, pour préserver cette mise en avant. Du coup, on attendrait presque un petit plus, de jus, de condiments ou de légumes. Plus de sauce aurait amener ce liant. En fait, ce sont les accompagnements qui l'apportent et qui complètent et finalisent la recette. A l'intérieur, mesclun/aubergine, jus de citron confit, cébette.

Légumes du soleil, frais et cuit sur place
ça change des frites!

Le pain est très bien, proche d'une pita ou plutôt d'une galette. Il donne un côté rustique sans rien alourdir. Un gros travail a été fait pour éviter d'avoir trop de mâche ou trop d'effet éponge. On oscille entre un souvlaki grec ou un shawarma, même si la galette est nettement plus fine.


Forcément, avec un tel esprit, pas de cheesecake ou de tiramisu! En dehors, de la salade de fruits frais, du gâteau au chocolat de Tanzanie et piment d'Espelette, des glaces de Pedone, la 1ere place est détenue par le Fontainebleau arrangé!

Fontainebleau, je en dirais jamais assez ton nom!

Ah le plaisir de retrouver un de mes desserts préférés. Je l'achète de temps en temps chez les fromagers, et aussi tout récemment chez Laurent Dubois au Printemps du Goût. Le retour du roi Fontainebleau.
Crémeux, très fondant, subtil, il peut être nappé de caramel au beurre salé sablé, de coulis de mangue et fruits de la passion, ou bien de coulis de fruits rouges.

e
Excellent gâteau chocolat Tanzanie piment d'Espelette

Le cake chocolat défend aussi ces valeurs: proche du fameux Baulois, sans le côté facile. Nature, brut, intense, peu gras et peu sucré.

Pas étonnant de retrouver de belles quilles de vin en plus de la citronnade maison, des thés Damann, etc pour coller au projet.


Vincent se donne beaucoup de mal à nous faire du bien. Sans se brûler toutefois. Et même si je pense qu'il se fait plaisir, il cherche encore à créer et à peaufiner son idée.
Mais déjà, on apprécie la cohérence du projet qui a du cœur et du sens. Les idées fusent, de feu de Dieu! Dans le respect du produit brut, d'une idée de la cuisine de terroir, simplifiée et allégée.

Pas d'embûche pour Feu, qui fait renaitre de ses cendres la cuisine bistrotière, les plats de l'enfance, de région en mode cuisine de rue. 


FEU
Rôtisserie & Bistronomie nomade
54 Rue de l'Arbre Sec, 75001 Paris
Métro Louvre-Rivoli
Tél: 01 42 33 50 00
Facebook

Ouvert 7/7 de 10h30 à 22h30
Poulet servi à toute heure!

Pains gourmet 9€; Plats 12€; (avec sauce morilles 16/17€); Accompagnements 3€, Salades 9€
Desserts 3,90€
Formules : Chaud: 10,50€ pain gourmet ou salade + boisson; Flamme: 12,50€ avec accompagnement; Feu: plat+accompagnement+boisson 13?50€(Dessert avec tous les menus à 2,50€).


1 commentaire:

  1. Je l'achète de temps en temps chez les fromagers, et aussi tout récemment chez Laurent Dubois au Printemps du Goût.

    RépondreSupprimer