17 avril 2014

Quimbaya Arepa Café, latin america street food

Arepa d'y penser!


Une adresse originale qui met en avant les spécialités de la gastronomie vénézuélienne et colombienne préparées devant vous et fait maison.


Il n'y a pas que les endroits hypes dans Paris. Quand on privilégie la qualité, le frais et l'artisanal, pleins d'adresses étonnantes s'ouvrent au spectre des blogueurs curieux. Et même en restauration rapide.
Comme cette étonnante cantine d’Amérique du sud. Tenue par un passionné, avide de faire découvrir autre chose que les habituels standards mexicain, François et son cuisinier vénézuélien, mitonnent chaque jour en frais une carte originale.

A commencer par ces fameux arepas aux garnitures chaudes ou froides revisitées et mixées avec la gastronomie française. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des sandwichs à base de farine de maïs blanc cuites à l'eau. Autant dire qu'il est nécessaire de les agrémenter:
Ensillada de thon; Caprese (tomate/mozza/pesto); Pepiada (la traditionnelle, poulet, avocat)
ou pour les versions chaudes: Pernil (roti de porc), Bacata poulet ou bœuf (mijoté).


Attention, c'est bien plus nourrissant que cela y parait. La fraîcheur se ressent ainsi que les saveurs, même s'ils ont françisé pour nos palais délicats.
Le plat du jour laissait encore plus apparaître le style de cuisine propre au lieu avec ce mélange de poulet mijoté au-dessus d'une belle purée maison.


Les entrées suivent la même loi: velouté (petit pois/menthe) et salade de légumes verts, salade croquante, avec des assaisonnements maisons différents.
J'aurais pu choisir les wraps, plats de pâtes, sandwichs, etc j'ai préféré un jus de fruits frais en attendant ceux aux fruits exotiques (lulo, corossol, passion, guanabana, etc) qui vont arriver bientôt!


Parmi les desserts proposés comme les fromages blancs aux fruits exotiques ou au coulis, les panacottas, les petites pâtisseries d'Agathe et Manon (mini financiers aux ingrédients naturels et pas trop sucrés), j'ai choisi un flan en pot. Assez fantaisie. Suivant l'humeur et les arrivages, on peut retrouver de la confiture de lait (arequipe).

Ce n'est qu'un aperçu de leur activité puisqu'ils vont peut-être ouvrir le soir, qu'ils organisent des événements avec musique et animations salsa, avec empanades, parilla (grillade), assiette pabellón (mijoté de bœuf), arroz con pollo (riz au poulet); pinchos (brochettes de viande et volaille) et ratatouille latino (végétarien), accompagnés comme il se doit de sauces chimichurri, guasacaca, aïl ou piquante. Perso, j'attends leur sandwich cubain!

La salle à 2 niveaux est plutôt sympa avec de belles photos et des couleurs chaudes. Cependant, des travaux vont être entrepris pour mieux aménager l'espace.


Curieux de tout poil, amateurs de cuisine d’Amérique latine ou même si vous êtes dans la coin, n'hésitez pas à faire un tour, vous serez bien accueilli par des amoureux et des passionnés qui sans com', cuisinent au frais des produits dans le respect des producteurs et du client. Pas si courant!


Quimbaya Arepa Café
6, rue de Cronstadt, 75015 Paris
Téléphone: 01 48 28 81 18
Ouvert du lundi au vendredi de 11h à 15h

Leur Facebook avec de bien meilleur photo que les miennes

Formules 9.90€ express 11.90€ découvertes
Bacata 5.90€

10 avril 2014

Gustave, sandwich power

Clap de faim


Une nouvelle sandwicherie de poche qui nous permet d'oublier le jambon-beurre mou pour de succulents "clap's" frais minute!


C'est parfois dans les plus petites échoppes que l'on fait les meilleurs sandwichs. Pour autant  n’espère pas t’asseoir et demander des couverts. Ici on commande "pour la route", ou à la rigueur pour déguster sur le banc devant la vitrine. Eh Lise, on n'est pas en 1987! Maintenant on mange street food, à emporter de qualité, nom d'un Daunat!


Gustave met les petits plats dans les grandes pitas. Et les mains dans la viande. Élégant? Eh les gants, c'est pas mal d'en mettre les jeunes, c'est même mieux que la pince sans rire pleine de tous les ingrédients du service. Cela permet de voir le nombre d'ingrédients préparés. On va pas embêter Gugus avec du pâté cornichons!

En les voyant, j'applaudis des 2 mains ces Claps, que le chef réalisent devant vous. Dans une galette de blé toasté, il combine sans trucage de la bonne viande de la boucherie Lalauze et tout plein d'ingrédients HQE:
- Émincé de boeuf, bleu d'Auvergne AOC, tomates cerises, oignons crispy, iceberg, coriandre fraîche
- Poulet mariné, bacon, cheddar fondu, oignons confits, pommes gala, tomates cerises, roquette
entre autres parmi des versions croquettes de poisson, pastrami ou végétarien.
Les allergiques au gluten et les mannequins peuvent se rabattre sur la soupe du jour 3€, ou la salade 6.50€.



J'ai quécra pour le porc rôti au miel et le végétarien. Top. C'est plein de saveurs, de goûts, ça croque, il y a des légumes, des accompagnements, des herbes. Vraiment des sandwichs qui claque's. Et généreux avec ça. On est dans le gourmand, pas dans le diététique. Attention à vos pompes.



Comme on est arrivé en fin de service - un bon test d'ailleurs - il manquait des ingrédients et c'était un peu le cauchemar en cuisine. Faudrait y aller plus tôt, pour voir si c'est la loi. Malgré l'heure, il restait des desserts comme une tarte à la pâte malheureusement détrempée et des fromages blancs.

Malgré ces petits détails, l'affaire est dans le sac craft et il serait dommage de passer à côté d'un aussi bon quota de plaisir. Applaudissements.


Gustave
21 rue Henry Monnier 75009 Paris
lun - sam: 11:00 - 22:00
Tél; 01 48 78 96 52

Formules Claps  à 10€ et 12€, claps seul 7.50€
Leur facebook



Le Petit Pan, en version street food

Pétard mouillé

Quand un bon bistro de quartier et de chef élabore une carte dédiée au plaisir de la street food


Boucherie Les Provinces


C'est une vraie table de conjugaison allemande! Le Grand Pan, juste en face était déjà le deuxième établissement de l’équipe Etchebest du XVe sous les hospices de Benoît Gauthier, avant de se transformer en "bistrotine" (bistro + cantine, moi aussi je peux me la jouer Sébastien Demorand, l'inventeur de "bistronomie"!) rurale, régionale et conviviale avec Le Petit Pan qui offre une autre désinence avec un large menu à emporter.

Les Tasters ne pouvaient manquer ça! Fort de notre appétit d'oiseau des villes, on s'est déplacé dans ces rues glaciales du 15ème, proche toutefois de la si jolie rue Santos-Dumont et du parc Georges Brassens. Papom papom....On connait la chanson, un banc, des pigeons audacieux et l'espoir d'un bon petit repas artisanale avec option sauce sur les pompes. Parfait pour moi.

Toutefois, et pour faire court, la déception s'est invitée au repas. Des mélanges étranges, des ingrédients inégaux, une carte en forme d'oxymore, du moins pour le salé.


Ça commençait pourtant bien avec des panneaux à l’extérieur pour affirmer le concept (une vraie carte de take-away), confirmé par l'ardoise au comptoir: 3 formules (sandwich/quiche/salade) avec 3 bases et une liste de course d'ingrédients à mixer par 3 également.



Vu l'heure à laquelle on est arrivé, on avait le choix entre salade ou salade. On a pris salade, mais là encore parmi quinoa/salade verte/pâtes. Vu l'heure encore une fois, on a eu le choix entre salade et quinoa. Autrement dit, les français mangent pas sain! C'est sans doute la cause de notre déconvenue, ce ne sont pas les meilleurs choix. Le sandwich ou la quiche ont l'air plus intéressants.  On aurait plutôt imaginé du riz sauvage. Comme tout est fait minute, soyez patient.




Pour 7.70€, c'est économique: la salade, la soupe et le dessert.
Belle soupe pleine de saveurs, ça respire le produit frais et la cuisine (bouillon?).
La salade au bon jambon basque mal mis en valeur par un chèvre trop commun, qui piquait un peu. J'ai choisi les piquillos pour le côté terroir.

Le mélange quinoa/jambon blanc/piquillos/mozza-sans-goût ne donne pas beaucoup de saveurs. Choisissez bien la sauce pour plus de goût, il y a pas mal de possibilités.


Les desserts sont déjà célèbres: un riz au lait crémeux caramel laitier maison gourmand pas trop sucré:




Le crumble façon compote était réussi, équilibré et savoureux.


Pour conclure, cela reste une bonne affaire. Il faudrait y retourner pour le voir sous son meilleur jour (charcuterie Ospital, desserts soignés, etc) qui pourrait être le repas en salle finalement, tant l'endroit est accueillant. Et surtout si vous aimez les 3ème mi-temps bien arrosées!


Le Petit Pan
18 rue Rosenwald 75015 Paris
Tél: 01.42.50.04.04 pour les commandes

Ouvert du mardi au samedi au déjeuner et au dîner (pas de service continu)

8 avril 2014

Caluc, Aveyron's street food!

la cantine terroir

Ail et fines herbes! 


Les deux gais lurons à l’origine du projet ont tout pensé, tout pesé avec un soin extrême. Et cela se sent. Bien que le lieu ressemble à une boite d'allumettes, il est intelligemment et délicatement agencé. Il sont dû travailler dans l’aménagement de caravanes auparavant, ou  plutôt d'appartement au Japon tellement c'est beau et moderne.



Les larges baies vitrées sur deux cotés permettent de suivre le spectacle de la rue et de l'allée ou de se mettre soi-même en spectacle sur les tablettes. Mais en vérité, les artistes s'activent de l'autre coté. Le comptoir constitue la piste aux étoiles et laisse apparaître la soupe du jour, les farsous aveyronnais (chair à saucisse, fruits secs, herbes, etc) , la broussette (omelette provençale: brousse et ingrédient surprise), les desserts maisons et la star du lieu: la Caluc!

C'est une galette typique de l'Aveyron mais revue, customisée, toastée et même "gastronomisée": le Pascadou, (persil, épinards, échalote...et autre secret). C'est donc tout green. Et puissant. A l’intérieur, programme de haute volée, des recettes cuisinées avec des ingrédients de qualité en version boeuf, canard, andouille ou végétarienne.

A l'annonce je n'ai pu résister au haché de bœuf Salers,  persillade de champignons gris, carotte ancienne râpée, crème de moutarde tomatée, concassé d’arachide salée; un régal.

Le sandwich du XXI siècle?

Ni à la soupe de cresson et tomate grappe au basilic, puissante et même "pimentée". Avec des chips de cochon en option!

Soupe multi-prise

Bien qu'ils n'aient pas voulu me délivrer tous les ingrédients, j'en ai trouvé un direct: l'ail. Attention les amis, ils en sont fans. D'ailleurs, tout est relevé et parfumé, les goûts sont marqués et les saveurs franches. Quel plaisir de manger une cuisine qui a du goût et du peps, loin des saveurs tamisées passe-partout. En plus de se régaler, on découvre des associations détonantes et explosives. De bons effets spéciaux alliés à un sens pyrotechnique!

Pour le soir et pour vous faire un relevé en détail, j'ai même acheté des farsous aux raisins de Corinthe. Super aussi, surtout si on est amateur de "cochonn'aille" et de plat canaille.

Farsou corinthe/Salade fournie

Et en dessert, l'originale barre énergétique maison à la figue m'a même permis de booster mon petit-dej du lendemain.

On remercie l'équipe pour le show comme pour le froid, les recettes originales particulièrement bien cuisinées, le choix d'ingrédients de qualité, les costumes, les lumières et même le service (l’accueil pour ceux qui comprennent pas).


Alors finis ton caluc en salle, sur le banc ou à l’extérieur et n'oublies pas le pourboire.


Caluc
11 rue des Petites Écuries 75010 Paris
Tél: 01 42 47 17 29
Du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00

caluc.fr
https://www.facebook.com/caluc.paris?fref=ts

Formules Caluc
Caluc + salade verte 10€ ou Entrée + Caluc 11,50€ ou Caluc + dessert 11,50€ ou Entrée + Caluc + dessert 14€
Formules Petit Epautre à 10€
Formules entrées 8€ Entrée + salade verte + dessert
Végétarienne:
Mozarella fumée, caviar d’aubergine, poivron mariné, figue sèche, champignon rose

6 avril 2014

Cantine California, l'adresse fixe

Cantine qualité!


Après le succès mérité de son food truck, Jordan récidive avec une cantine-bar US chaleureuse revisitée!



La personnalité de cet américain francophile se ressent dés l'entrée de l’établissement. Le lieu est agréable, accueillant, "sympathique". Le bois brut donne une sensation de naturel, l’éclairage nous apaise.

Pas étonnant de le voir utiliser les ingrédients de son succès: des produits frais, de la viande d’éleveurs et des farines bio, du pain artisanal spécialement fabriqué pour lui. Comme dans le camion. Mais vous pourrez aussi goûter à ces nouveaux "fish tacos", ces beignets de cabillaud façon tempura roulés dans une très bonne galette, le tout agrémenté de sauce et de coriandre. Vous pourrez même choisir l'accompagnement entre les frijoles ou le coleslaw maison, une salade de chou rouge et blanc légèrement mayonnaisée!

La carte s'enrichie également de salades dont une délicieuse version maison au Kale bien croustillant, chèvre, pommes, cranberry, fenouil et ses étonnantes noix sucrées. Sinon, il avait aussi la fresh greens accompagnée de betteraves, quinoa, ricotta, amandes grillées, coriandre. Il est donc possible de manger healthy dans un temple à burger!

Mais rassurez-vous, mangeur de beef, ils sont bien là, en version mini ou végétarienne (Beaufort et Cheddar fondus, poivrons rouges grillés, oignons caramélises, roquette). Les buns sont plus petits et plus hauts, comme le steak. C'est plus délicat à manger mais cela permet une texture plus fondantes. Toujours aussi bon!

La bonne idée pour un bon chill, c'est de proposer 2 cocktails maisons, une margarita et un superbe rhum Mount Gay/Fever Tree tonic & lime. Plus de la bière parisienne (Gallia), du vin bio et le café de Bellevile Brulerie! Les jus de fruit frais vont arriver bientôt. De quoi accompagner plus adéquatement le petit déjeuner au granola maison.

La salle ouverte sur le bar et les "feux" vous fera de l’œil, que ce soit sur la table d’hôte ou sur celles pour 2 personnes. Les timides et les fêtards se laisseront glisser au sous sol dans la cave à manger privatisable.


Belle réussite donc pour cette "eatery" qui vient tout juste d'ouvrir dans la même lignée que le food truck. Même si tout n'est pas encore finalisé, les nouveautés de la carte nous ont séduits. Et surtout, on s'y sent déjà bien, vous n'aurez plus l'excuse de l'absence de chaises pour y déguster ces délicieux produits!


Cantine California
46 rue de Turbigo 75003 Paris

Ouvert 7/7 de 10h30 à minuit...pour l'instant!

Burger + frites 15€, Tacos 7€/13€/19€, salade petite 9€ et grande 14€
Cocktail 6€, demi 3.5€


4 avril 2014

Balls, ode à la boulette (article garanti sans jeu de mot)

Elle en a!

Balls rend hommage à ce plat injustement délaissé, en déclinant des recettes savoureuses et parfumées.


Dans une jolie salle mêlant bois et métal, entre café à l'ancienne et cantine calme, les duettistes à l'origine du projet ont su créer une ambiance calme et agréable, du moins le midi. Je m'attendais à une cantine design, c'est plus un petit resto de quartier. Et c'est très bien comme ça!


Chacun est à sa place, l'accueil, le barman et le vrai cuisinier. Pas de labo à l’extérieur mais un restaurant. Du coup, l'attente est la même. On choisit sur la carte ou en formule parmi le choix de 5 boulettes dont une version végétarienne et des accompagnements à la hauteur. On pouvait craindre de simples frites mais on a droit à des recettes aussi soignées.

Le choix a été délicat, notamment pour comprendre le projet: du classique, de l'étonnant, de l'exotique. Il apparaît clairement - et cela a été confirmé à la dégustation - que les recettes ont été "adaptées": les saveurs sont simples, pas plus de 2 par boulettes. La raison est évidente, les français sont tellement conservateurs qu'il n'est pas possible de mélanger, bousculer, pimenter tout de go.


Entre Porc (Fenugrec/paprika), poulet (estragon/citron), on a choisi agneau (coriandre/cumin/pignon), végétarien (aubergines/pois chiche) et bœuf (persil/oignons) accompagné d'une délicieuse purée de patates douces/gingembre et d'une polenta crémeuse gourmande.



La cuisson est parfaite, les boulettes sont légèrement croûtées mais moelleuses au centre. Il y a du jus et c'est l'essentiel. La sauce tomate a un goût d’Italie, non dans les épices mais dans l'intensité. Celle au yaourt (grec) enrobe sans masquer les arômes.


Les desserts sont aussi soignés, comme ce moelleux chocolat que l'on peut faire suivre d'un expresso l'Arbre à Café.

Pour ceux qui regrettent les quantités, je dirais qu'ils se font avoir, encore une fois, par le rapport visuellement trompeur entre contenant et contenu. Le poids est supérieur à la plupart des portions au restaurant (je me suis renseigné). Cette erreur est tellement commune qu'elle mériterait un article à elle toute seul.

Ce n'est donc pas un concept fourre-tout à la mode mais une déclinaison gourmande autour d'un plat de famille agréable qui se prête bien aux déclinaisons.


Balls
47 rue St Maur 75011 Paris
Tél: +33 9 51 38 74 89

Ouvert du mardi au samedi, midi et soir

Formule midi à 13€ : balls + sauce + side + soft
Balls/side 10€; side 6€

"On va déguster", l’émission de F.R Gaudry sur France Inter, a réalisé un épisode spécial boulette très intéressant: http://www.franceinter.fr/emission-on-va-deguster-roulez-boulettes

1 avril 2014

Les Deux Gourmands, biscuits d'Ile-de-France

Le biscuit terroir

Une jeune entreprise qui met en avant les producteurs du terroirs d'Ile-de-France et les recettes originales.



Une affaire d'amitié et un projet dans l'air du temps: favoriser les circuits courts et les terroirs méconnus autour de Paris. Ces deux jeunes garçons bien élevés, c'est-à-dire près de la nature lui rendent à leur tour hommage en fabricant une gamme entière de biscuits dans leur ferme, avec les meilleurs ingrédients sélectionnés dans la région capitale!
Il n'y a pas que des rocades, des ronds-point et des centres commerciaux autour de la capitale. Quelques producteurs résistent et continuent de faire pousser de bonnes choses.

Comme avec ces Biscuits au coquelicot de Nemours: Farine de blé de moulin d'Auffreville-Brasseuil, beurre frais de ferme de Grignon, sucre de Nangis, sirop au coquelicot de Nemours, œufs de plein air bio de Feucherolles, poudre levante bio, sel.


L'équilibre est souvent parfait, le croustillant présent, les saveurs intenses. On sent bien le goût de beurre frais, ce qui amène de la gourmandise. Seuls les exigeants comme moi trouveront la quantité de sucre un poil trop importante. Un détail pour beaucoup balancé par l’intérêt de vrais saveurs et non d’arômes artificiels.


A partir d'une même base, on trouve également une variété au Miel de châtaignier du Dourdannais, au Safran du Gâtinais (très marqué), au chocolat du Pecq, aux pommes de Brie, à la farine d’épeautre du Mantois, au miel de tilleul.


Les boites sont colorées et modernes avec une carte indiquant les lieux de provenance et des détails sur les fournisseurs. Les économes préféreront les sachets. Le plus étonnant est que je les ai découvert au Salon du Chocolat de cette année, dans la nouvelle partie dédiée aux confiseries. Comme quoi, il faut toujours fureter.


En tout, c'est un réel plaisir que de déguster de si bons produits, alors que je ne suis pas fan de gâteaux secs. Et encore plus de vous faire partager la bonne idée de deux gourmands bien sympathiques. J'en suis locafan!


http://lesdeuxgourmands.fr/

Boîte 154g - 5.95€
Boîte 66g - 2.95€

En vente chez Nature & Découvertes, Le Bon Marché, Galerie Lafayette, BHV, les Fermes de Viltain et de Gally et même à Londres